Commune  de Ouagadougou: des conseillers municipaux invitent le maire Armand Pierre Béouindé à démissionner

0
159

 

Lors de la première session ordinaire du conseil municipal de la commune de Ouagadougou, consacrée à la validation du compte administratif, gestion 2019 et du budget supplémentaire, gestion 2020, des élus locaux ont exigé bruyamment  la démission du maire, Armand Béouindé, ce lundi 22 juin 2020.

 

Très tôt, il y  avait manifestants, présents à l’entrée  du palais de la culture Jean Pierre Guingané, avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: « Beouindé dégage », « Beouindé prison », « M. le maire démission », « Armand va répondre à la justice ».

« Nous sommes venus suite à une convocation du maire pour la session. A notre grande surprise, il y a un grand dispositif sécuritaire. Nous avons été empêchés par les policiers d’avoir accès à la salle. Seuls les militants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ont droit à la salle. Nous ne savons pas pourquoi on nous empêche d’y participer. Est-ce que le maire a peur qu’on aborde des questions embarrassantes? », martèle le président du groupe municipal UPC, Alban Zoungrana.

 

Pour les conseillers municipaux, il n’est pas question que ce conseil se tienne, car il va permettre au maire  « de faire avaler la pilule de location des 77 véhicules à hauteur de milliards ». Prévu pour 9 heures, c’est à 10h que les conseillers vont  avoir accès à la salle du palais et commencer pratiquement à siéger à 11 h.

Une fois   à l’intérieur du palais, les élus locaux, en dépit de l’impressionnant dispositif sécuritaire,   reprenaient les  slogans, en sifflant et hurlant.  Certains ont pris le malin plaisir de déchirer les documents qu’ils ont jetés dans tous les sens, avant de vider la salle.

En réaction, le maire de l’arrondissement 4, Anatole Bonkoungou, conseiller municipal de l’ODT, se demande sur quelle base l’opposition appelle à la démission de l’édile. Sa parole, si les autres conseillers municipaux aussi se mettaient à manifester, est-ce qu’on ne  déboucherait  pas sur un affrontement ?

Malgré tout,  le compte administratif gestion 2019 et le budget supplémentaire gestion 2020 ont été adoptés par acclamation des 134 conseillers présents,  sur un total de 254.

 

 

A la fin de la session, le maire de la commune de Ouagadougou s’est livré en ces mots : « Mon poste n’entrave en rien une action en justice contre ma personne. C’est par les élections qu’on arrive aux responsabilités, pas par autre chose. Ce n’est pas le maire qui engage les dépenses. Tous les appels d’offres sont sanctionnés par une adoption du conseil municipal ».

 

Noufé NABI

Ecoburkina.info

Laisser un commentaire