COVID 19 : les masques en Faso Dan Fani sont-ils de qualité ?

0
173
coronavirus,3d render

A l’issu du conseil des ministres du 16 avril 2020 à Ouagadougou, le gouvernement burkinabè a annoncé que le port du masque devient obligatoire à partir du 27 avril 2020. Tous les Burkinabè, où qu’ils soient, devraient obligatoirement porter des masques.

coronavirus,3d render

Pour le coup, il mise sur des accessoires en Faso Dan Fani. Partout, sur l’étendue du territoire, les artisans en confectionnent, avec la bénédiction des autorités. C’est bien et c’est louable. Le problème, il subsiste de nombreuses interrogations.

La première porte sur la qualité des étoffes. Si les politiques ont vanté les mérites du tissu, on n’a pas vraiment entendu les experts, les scientifiques et les praticiens de la santé sur la question. Les rares qui se sont risqués ont simplement dit que les masques en Faso Dan fani ne sont pas nocifs. Ça, on le sait déjà. Si le tissu l’était, nos parents seraient tous morts.

Ce qu’on veut savoir, c’est la capacité de ce tissu à éviter la maladie du Covid 19 ; quand on sait qu’un postillon de petite taille peut passer à travers les pores du masque. Pas seulement, au bout d’une certaine période, le tissu est mouillé par la salive ; facilitant la pénétration des postillons des interlocuteurs. Si les masques étaient adaptés comme les masques chirurgicaux et les FFP2, combien donc faudra-t-il porter par jour ?

Ce qui est clair et indéniable, c’est que 41% des Burkinabè vivent en dessous du seuil de la pauvreté, estimé à 421 F CFA par tête et par jour. Il est quasiment impossible de s’offrir un masque sur le marché, car l’unité se vend au bas mot à 500 F CFA, depuis la survenue de la maladie. Or, il faut en moyenne deux masques par jour, si on considère qu’ils peuvent être lavés et reportés peu après.

Il aurait donc été intéressant que l’Etat subventionne les masques, comme c’est le cas au Benin, à défaut de les distribuer gratuitement à la population. Le fait, le gouvernement se refuse à cette idée, prétendant accompagner seulement les personnes vulnérables.

Combien de masques a-t-il commandé pour le coup ? Combien va réellement coûter la facture ? Qui sont les principaux fournisseurs ? Sont-ils à mesure de fournir les masques avant la fin de cette mauvaise passe qui semble se dessiner, avec la baisse des chiffres de contaminés, stagnants à 00, deux fois de suite ? Pourvu que tout se passe dans la transparence dans l’intérêt de l’Etat et chacun des Burkinabè.

Christian N. BADO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here