Elevage de volaille: dans la basse-cour de Mickaël Kabré

0
316

De nos jours de nombreux jeunes s’aventurent dans le domaine de l’élevage pour en faire un gagne-pain. Sont de ceux-là, Mickaël Kabré qui tient une ferme de poulets métissés à kambouinsin.  Ce mercredi 6 mai 2020, une équipe de reportage  s’est rendue dans sa ferme.  

 

Sur le site,  un hangar géant qui jouxte un magasin.  A l’intérieur du hangar, il y a au moins 65O têtes de poulets métissés, communément appelés poulets du Faso.

Monsieur Kabré a déjà réalisé une vente qui lui a permis d’écouler près de 500 têtes, avec un bénéfice relativement satisfaisant. Sa parole, « c’est une source d’épanouissement».

 

A ses dires, c’est un métier très rentable qui demande d’importants fonds.  Son objectif est d’avoir une autre basse-cour qui va contenir 1 000 poulets, son propre broyeur de sorte à pouvoir fabriquer les aliments pour poulets. De ses explications, il dépense énormément : « En un trimestre, je peux dépenser plus de 300 000 F CFA ».

Mickael  KABRE emploie deux permanents, contribuant ainsi au développement socio-économique du pays. « J’ai longtemps été à la recherche d’emploi et aussi postulé aux concours directs de la fonction publique. Comme ça n’a pas porté fruit, j’ai décidé de me prendre en main, en entreprenant, il y a de cela six mois», a expliqué  Michaël KABRE.

 

 

A l’entendre, il a fait le choix de l’élevage, car c’est un domaine qui est très porteur et prometteur, avec suffisamment de débouchés.

 

 

Bertille KABRE

Ecoburkina.info

Laisser un commentaire