Exploitation de l’or : 103 sites répartis dans 11 régions minières

0
95

Selon le ministère de l’Environnement, de l’Économie Verte et du Changement Climatique (MEEVCC), une équipe de quatre consultants nationaux a mené les  travaux de terrain, en vue, entre autres, d’identifier les meilleures et les pires pratiques de traitement de l’or et d’établir des données sur  l’utilisation du mercure dans son traitement.

Il en ressort :

–  103 sites répartis dans 11 régions minières ;
– la main-d’œuvre de l’EMAPE d’or est  estimée à 427 7852
–  la production d’or dans l’EMAPE à environ 50 t/an3 ;
–  l’utilisation du mercure dans le secteur à environ 78 t/an4.

Bien que l’utilisation du mercure dans l’EMAPE d’or au Burkina Faso soit interdite, on trouve ce métal dans la plupart des sites visités qui traitent la roche dure. Selon les résultats de cette étude, les régions qui utilisent le plus de mercure sont (par ordre décroissant) : le Sud-Ouest (20 393 kg/an), le Centre-Nord (13 649 kg/an), les Hauts-Bassins (9 841 kg/an)
et l’Est (9 135 kg/an).


Les régions minières qui produisent le plus d’or artisanal et semi-mécanisé au Burkina Faso sont (par ordre décroissant) : le Centre-Nord (9 100 kg/an), le Sud-Ouest (8 605 kg/an) et l’Est (7 944 kg/an). Par ailleurs, les régions où le rapport mercure : or (Hg : Au) est le plus élevé sont (par ordre décroissant) le Sud-Ouest (2,37 : 1), les Hauts-Bassins (2,31 : 1) et le Centre-Est (1,58 : 1).

Deux méthodes d’extraction du minerai ont été identifiées :
– l’extraction par fonçage de puits utilisée sur les sites dont le minerai primaire est constitué de roches fraîches (dures) ou altérées (tendres),
– l’extraction par grattage/balayage pratiquée sur les
sites à minerai alluvionnaire ou éluvionnaire.

 

Le Burkina Faso a ratifié le 10 avril 2017 la Convention de Minamata sur le mercure, un accord de portée mondiale visant à protéger la santé humaine et l’environnement des effets néfastes du mercure. Cette Convention exige des états qui abritent sur leur territoire des activités non négligeables d’extraction minière artisanale et à petite échelle (EMAPE) d’or qu’ils élaborent et mettent en œuvre un Plan d’Action National (PAN) pour réduire, voire éliminer, les émissions du mercure qu’elles génèrent.

 

 

Noufé NABI

Ecoburkina.info

Source : DCPM/ MEEVCC

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here