Fronde sociale : Koudougou marche pour exiger la suppression de l’IUTS

0
165

Les étudiants de la ville de Koudougou ont organisé, ce 30 juin 2020, une marche, en vue de revendiquer la  reprise effective des cours, suspendus consécutivement au  mouvement d’humeur des enseignants, qui protestent  contre l’extension de l’Impôt unique sur les traitements et les salaires (IUTS) sur les primes et les indemnités sur leur corps.

«Aujourd’hui, on est dehors, parce que nos évaluations sont bloquées, nos délibérations et nos soutenances sont suspendues. Il va de soi qu’on se mobilise pour réclamer ce qui nous revient de droit», a déclaré, le président du Comité exécutif de l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB), Wilfried Bazo.

Le porte-parole des délégués généraux élus, Eliou Kolé, a expliqué que les enseignants sont dans leur droit. A l’en croire, ils sont étudiants aujourd’hui, demain ils seront des travailleurs. Sa parole, « Un enseignant qui est dans les conditions requises ne peut pas refuser de dispenser un cours».

Selon  le délégué général de l’Unité de formation et de recherche en Sciences et technologies (UFR/ST), Justin Nébié, «Ce que l’IUTS va rapporter au pays ne vaut pas le coût de saccager l’avenir des étudiants».

« Nous marquons notre soutien au monde des travailleurs qui se bat  pour de meilleures conditions de vie et d’études au Burkina à travers leurs structures », a déclaré monsieur Bazo qui appelle le gouvernement à explorer d’autres niches fiscales et à  supprimer l’IUTS pour tous les travailleurs.

 

Les étudiants ont invité le gouvernement à une « reprise rapide, continue, sereine et apaisée » des académiques (cours, évaluations, délibérations, soutenances, remises des copies…) dans toutes les promotions des différentes unités de formation et de recherche.

 

Le  mouvement des étudiants a appelé  à une assemblée générale extraordinaire, le jeudi 2 juillet prochain, pour envisager la suite.

A noter, cette manifestation arrive après le mot d’ordre de grève de 96 heures, lancé du 22 au 25 juin par le syndicat national autonome des enseignants-chercheurs (SYNADEC), pour exiger la suspension de la mesure d’extension de l’IUTS et le remboursement des prélèvements déjà effectués.

 

Daouda BAKOUAN

Ecoburkina.info

Laisser un commentaire