Industrie automobile : 35 000 pertes d’emplois à Renault et Nissan

0
61

Le groupe automobile français  Renault prévoie environ 15 000 suppressions de postes dans le monde. En France, ce sont 4 600 postes qui vont disparaître avec le plan d’économies prévus depuis plusieurs mois avant même la crise du coronavirus.

Cette réduction d’environ 8% des effectifs doit se faire « sans licenciement sec », mais à travers  des départs volontaires, des mesures de mobilité interne ou des départs à la retraite non remplacés. En France, une procédure de consultation des représentants du personnel devrait commencer « à partir de la mi-juin ».

Avec la réduction du  personnel, la capacité de production va passer de 4 millions de véhicules actuellement au niveau mondial à 3,3 millions  sur une base de deux équipes de travail par jour. La production devrait assumer un tiers du plan d’économie de deux milliards d’euros, selon des sources concordantes citées par l’AFP. Un autre tiers portera sur l’ingéniérie, un tiers enfin sur les frais de structure, marketing et réseau.

En Espagne, à Barcelone, le constructeur automobile Nissan a lui décidé de fermer son usine installée dans la région depuis 40 ans. Au total, plus de 20 000 Espagnols perdront leurs emplois dans un pays où le secteur automobile représente 10% de son PIB.

C’est un coup dur porté à l’industrie espagnole. Le constructeur automobile estime que ses installations dans la région ne sont plus rentables et souhaite les fermer à la fin de l’année. Près de 3 000 employés directs perdront ainsi leurs postes auxquels s’ajoutent plus de 20 000 travailleurs des sous-traitants de la région qui dépendent de l’entreprise nippone. Cette annonce a provoqué la colère des salariés qui s’étaient réunis face à leur usine et ont enflammé des pneus aux portes de l’entreprise avant de couper les routes en manifestant.

Bertille KABRE

Ecoburkina.info

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here