Lutte contre le grand banditisme : un gang de six membres aux arrêts

0
60

Le commissariat de police de Nongr-Maason a présenté, ce lundi 21 juin 2021 à Ouagadougou, une bande de présumés délinquants spécialisés dans le faux et usage de faux en écriture et la contrefaçon des sceaux de l’Etat dans la ville de Ouagadougou.

Des explications du  commissaire principal de police de l’arrondissement de Nongr-Maason, Natacha Zoungrana, une enquête préliminaire a été ouverte, suite à des plaintes des services des Douanes et de la société COTECNA Sarl Burkina.

Elle  a avancé que les investigations  ont permis de mettre aux arrêts six personnes, membres d’un gang,  de nationalité burkinabè : K.O. (28 ans), K.D. (33 ans), Z.O. (24 ans), K.I. (30 ans), N.K. (51ans) et P.N.C.M. (37 ans).

 

Le premier a passé aux aveux, K.O., locataire de véhicule, a reconnu qu’il appartenait à un réseau de délinquants dont le cerveau est le nommé Z.O., alias ‘’ Oussou’’.

De son avis, leur mode opératoire, consiste  à approcher leurs victimes, obtenir les frais de transit de leurs marchandises puis, à utiliser les bordereaux de sortie et autres documents contrefaits pour soustraire les conteneurs ou camions des formalités douanières de Ouaga route.

Il  a précisé que c’est  le chef de la bande en la personne de Z. O. alias “Oussou” qui possède des documents douaniers contrefaits qui se chargeait de convoyer les conteneurs ou les camions à l’espace du projet ZACA ou à la cité ASECNA à Ouagadougou pour les livrer à ses acolytes, après avoir vandalisé les six balises préalablement installées depuis les frontières nationales par COTECNA Sarl Burkina.

De l’avis du commissaire Zoungrana, la valeur du préjudice s’élève à 1 337 277 264 F CFA, depuis 2019. Aussi, de nombreux  objets ont été saisis : cinq balises, un lot de documents composé des états de chargement, des acquits donnés à partir de la frontière, des bons de sortie de la Douane, des bordereaux de sortie de la Chambre de commerce, des documents du Conseil burkinabè des chargeurs contrefaits, un cachet de la Chambre de commerce contrefait, un cachet payé en espèces, un dateur, un encreur rouge etc.

 

 

« C’est depuis janvier 2021 que nous avons découvert que deux véhicules en transit et balisés ont perdu leurs balises pendant notre suivi électronique, à partir de la salle de contrôle. Nous avons recherché ces véhicules dans la ville de Ouagadougou, selon les dernières informations des balises. Mais les recherches ont été vaines. Nous avons mis des stratégies en place pour mettre la main sur les chauffeurs. Un des chauffeurs avait encore effectué un autre transit sur Ouagadougou. Nous l’avons pris. De questionnement en questionnement, il nous a donné le nom du transitaire qui ne l’est pas en réalité. Et nos investigations pour mettre la main sur ce dernier sont restées sans suite », a fait savoir le chef de bureau du suivi du transit de la Douane, Andrea Bertille Derra.

 

 

Noufé NABI

Ecoburkina

 

 

Laisser un commentaire