Mutation de Bassolma Bazié à la Direction régionale : le leader de la CGT  dénonce l’inconséquence du gouvernement

0
161

Mutation de Bassolma Bazié à la Direction régionale : le leader de la CGT  dénonce l’inconséquence du gouvernement

 

Suite à son affectation à la Direction régionale du Centre du MENAPLN, le secrétaire général de la Confédération général du travail du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié, à travers une déclaration, donne sa lecture, en dénonçant l’inconséquence du gouvernement.

Depuis un certain temps je reçois des messages, des appels et des visites suite à la publication de l’article dans l’EvènementN°434 du 25 novembre 2020, à la page 5, sur mon affectation.

Une fois de plus, je présente mes sincères respects à la presse pour le sacrifice consenti en vue d’informer les citoyens.

Vu la colère perceptible dans certaines voix, je me vois contraint, dans un environnement social très évolutif d’inviter une fois de plus à la sérénité en m’appuyant sur les trois informations suivantes :

Primo, le Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale (MFPTPS) a adressé une correspondance « N°2020-796/MFPTPS/CAB du 12 nov 2020 » à l’Unité d’Action Syndicale (UAS) dans laquelle il conforte notre position en rappelant les dispositions légales nationales et internationales justifiant la nécessité des permanents syndicaux. En effet il a cité : «

  1. L’article 121 de la Loi N°081-2015/CNT du 24 novembre 2015, qui autorise la mise à disposition d’agents de la fonction publique d’Etat au profit des Organisations syndicales, appelés permanents syndicaux
  2. La Convention n°135 de 1971 concernant la protection des représentants des travailleurs dans les entreprises et les facilités à leur accorder ;
  3. La Convention n°87 de 1948 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical ;
  4. La Recommandation n°198 de 2006 sur le droit de négociation entre les parties à une relation de travail ;
  5. La Convention n°151 de 1978 sur les relations de travail dans la fonction publique. ».

A cette correspondance du MFPTPS, l’UAS a diligemment répondu par correspondance « N°2020-015/UAS/CS/PDM, le 24 novembre 2020 » dans un esprit de diligence afin que les autorités assument leurs responsabilités dans le respect des instruments juridiques.

Cela nous réconforte une fois de plus que Bassolma BAZIE ai agi conformément aux règlements, lois et conventions ratifiées et donc en aucun cas n’ai porté atteinte à une quelconque « déontologie » d’une « discipline ».

Secundo, la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B) a adressé une correspondance « N/Réf :2020-023/BNC2-6/SG, le 23 novembre 2020 », aux autorités leur rappelant leurs obligations de respect des textes (nationaux et internationaux) en vigueur dans l’affectation d’un responsable syndical.

Tertio, dès réception de cette « note de service portant affectation pour nécessité de service », j’ai répondu au signataire de celle-ci par voie hiérarchique. Au prix du calme et de la sérénité tant souhaités à cette étape et dans cet environnement social, j’en fais preuve que voici :

«

Objet : Votre note d’affectation pour nécessité de service.

Monsieur le Directeur Régional,

Le vendredi 6 novembre 2020, j’ai reçu, via l’Administration du Lycée Philippe Zinda KABORE, votre « NOTE DE SERVICE N°2020-063/MENAPLN/RCEN/DREPS/SGRH, du 03 novembre 2020, Portant affectation d’agent pour nécessité de service ».

A toute fin utile, permettez-moi de faire les rappels suivants :

Primo, mon actuel poste de service est le Lycée Philippe Zinda KABORE (LPZK) (Cf « Certificat de prise de service, du 19 février 2008 », signé par « Le Proviseur, Monsieur Boureima TRAORE, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques », suite à une procédure organisationnelle conformément aux textes en vigueurs (Cf N/REF :0053/BNC-5/2007, du 12 avril 2007 adressée à Monsieur le Ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique »

En Réponse, « Décision N°2007-176/MESSRS/SG/DRH portant mise à disposition d’agents, du 05/09/2007, signée Pr Joseph PARE, Chevalier de l’Ordre national, Visa du CF : N°415, Date : 14/08/2007 », a décidé : « Article 1er : Monsieur BAZIE Bassolma, matricule 76 243 Y, Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre en service au lycée départemental de Ténado, est mis à la disposition de la Direction régionale du Ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique du Centre. ».

Sur la base de cette décision, la « note de service N°02613/MESSRS/RCEN/DR du 22 octobre 2007 portant affectation d’agent pour nécessité de service, signée par Patindé J.B. THIOMBIANO, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques », m’affecte « au Lycée Marien N’Gouabi ».

Suite à « un refus » sans motif officiel que je sois au Lycée Marien N’Gouabi comme l’indique la note « portant affectation d’agent pour nécessité de service », une autre « note de service Portant affectation d’agent pour nécessité de service N°2007-92754 :

MESSRS/RCEN/DR du 02 novembre 2007 » est prise signée du même Directeur régional « Patindé J.B. THIOMBIANO » m’affectant au « Lycée Philippe Zinda KABORE ».

Secundo, depuis ma prise de service le 19 février 2008 au Lycée Philippe Zinda KABORE jusqu’ en 2020, voici un point succinct des appréciations faites sur ma conduite et mon travail par mes supérieurs, deux (02) Proviseurs successifs et quatre (04) Censeurs respectifs :

– « du 19 février au 7 décembre 2012, lettre Numéro N°2012-001/MESS/SG/DRH/DRC/LPZK de certification de réintégration : …Je retiens de lui un agent consciencieux et exemplaire dans l’exécution de ses tâches. Signée par Le Proviseur, Boureima TRAORE, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques » ;

– « 9/10 depuis 2013 en évaluation et notation générale » ;

– « 4/4 depuis 2013 en conscience professionnelle » ;

– « 4/4 depuis 2013 en respect du bien public ».

Ces appréciations devraient pouvoir établir, pour toute conscience fonctionnant sur l’objectivité, une constante sur mes rapports avec les exigences de ma Profession.

Paradoxalement, j’ai été convoqué en Conseil de discipline un certain « mardi 16 septembre 2020 », reporté au « jeudi 17 septembre 2020 », pour enfin se tenir « le lundi 21 septembre 2020 », sur le motif d’un « refus d’exécuter un emploi de temps de dix (10) heures » qui m’a été établi par le Censeur du Lycée Philippe Zinda KABORE, en exécutant que trois (03) par semaine. Plus troublante car incompréhensible est « la notification du Ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN), Monsieur Stanislas OUARO », en ses derniers paragraphes. En effet, il y est écrit : « A l’issue des échanges, vous avez été reconnu coupable de refus d’exécuter le volume horaire dû conformément à l’emploi du temps qui a été établi pour vous par le Censeur. Toutefois, le Conseil n’a pas pris de sanction à votre encontre. Je confirme cette décision et vous invite à éviter dorénavant tout acte contraire à la déontologie de la profession enseignante et au respect des instructions données par votre hiérarchie ».

Tertio, le Conseil de Discipline a fait les recommandations suivantes à l’attention des autorités :

  1. « la prise de décret relatif aux modalités de désignation des bénéficiaires de la mise à disposition auprès des organisations syndicales, en application de l’article 121 de la loi n°081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant Statut général de la Fonction Publique d’Etat » ;
  2. « la prise de dispositions relatives aux allègements du volume horaire des agents exerçant des missions particulières en sus de leurs obligations professionnelles dans les établissement d’enseignement pourraient être prises ».

Je tais pour l’instant les innombrables irrégularités constatées sur ce « Conseil de Discipline », ce volet étant du ressort de la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B) et de sa Fédération des Syndicats Nationaux des Travailleurs de l’Education et de la Recherche (F-SYNTER) en lien avec le Cabinet de Maître FARAMA sur ce dossier en cours.

Quarto, après ce « Conseil de Discipline » aux contours peu réjouissants pour la grandeur de la conscience humaine, j’ai constaté à la rentrée que mon emploi de temps a été suspendu sur « instruction de Monsieur Proviseur du Lycée Philippe Zinda KABORE, Alexis KYELEM, pour raison du contentieux en cours » selon « Monsieur le Censeur CONVELBO Issaka » rencontré successivement le vendredi 02 octobre 2020 et le mercredi 21 octobre 2020.

Monsieur le Directeur Régional,

Permettez-moi d’user des termes de « Monsieur le Proviseur Alexis KYELEM, contentieux en cours » pour aussi préciser les éléments suivants :

d’abord, je suis en attente, comme du reste le Mouvement syndical l’est également, de la mise en œuvre des recommandations du Conseil de Discipline sur les permanents syndicaux ;

ensuite, j’ai été victime, parmi tant d’autres collègues et camarades d’une suspension injuste et vertueusement injustifiable de mon salaire du mois de mars 2020, et je suis donc légitimement en attente de ce règlement puisque cela s’est effectué suite à la transmission de mon nom par « Monsieur le Proviseur du Lycée Philippe Zinda KABORE, Alexis KYELEM », en collégialité de pensée et d’action avec ses « supérieurs hiérarchiques»;

enfin, une note prise par la Direction des Ressources Humaines du MENAPLN, m’informant que je n’ai ni de note de 2016, ni de note de 2017, d’où le blocage de mes avancements depuis janvier 2018, donc rendant l’Etat redevable à mon égard de plusieurs années d’arriérés de salaires. Je rappelle que cela fait la deuxième fois que ces mêmes fiches me concernant ont été mystérieusement perdues par la même administration du LPZK et la Direction des Ressources Humaines (DRH) du MENAPLN, d’autant qu’elles avaient été toutes reprises le 13 mars 2018 par le même Proviseur Alexis KYELEM jadis Censeur, suite à une première « perte », et subitement une fois de plus elles ont été toutes perdues.

Il m’est difficile de ne pas penser que cette « note du DRH/MENAPLN » s’affiche comme une preuve que les administrations de ces deux institutions (LPZK et MENAPLN) se sont permises de s’amuser à jongler avec ma carrière professionnelle.

Monsieur le Directeur Régional,

C’est dans l’attente légitime de la résolution de ces « contentieux », que je reçois votre « NOTE DE SERVICE N°2020-063/MENAPLN/RCEN/DREPS/SGRH, du 03 novembre 2020, Portant affectation d’agent pour nécessité de service ».

En intégrant la fonction publique en 2001, par « concours de recrutement de Professeurs de l’Enseignement Secondaire Général et Technique dans le Centre Unique de Ouagadougou », avec le « récépissé N°332 du 17/11/2000 » délivré par Monsieur « le Directeur des Examens et Concours Scolaire et Professionnel, Kako LOYA », je l’ai fait avec la promesse personnelle, ferme et sincère de toujours tenir compte de l’intérêt de nos enfants dans tout ce que je serai amené à faire.

Permettez-moi de vous inviter, avec tout le respect dû à votre rang, à vous investir pour la résolution de ces « contentieux » ! Toute chose qui me permettra de poursuivre comme il a toujours été, en référence aux notations et appréciations de mes supérieurs hiérarchiques, de servir l’Etat avec HONNEUR, INTEGRITE, ESPRIT DE SACRIFCE et DIGNITE ; Et , dans le respect strict de ce pour quoi j’ai pris part, en toute âme et conscience, au concours en 2000.

Après quoi je pourrai utilement aviser sur toute affectation y compris faire prévaloir mes droits, aussi prévus par les lois et instruments internationaux auxquels a librement souscrit notre Pays, le Burkina Faso.

Je n’ose non plus pas être naïf pour ignorer qu’un jeu politique manquant de la moindre élégance soit engagé contre le mouvement syndical ayant pour rôle historique la défense ferme des intérêts matériels et moraux des travailleurs, y compris les vôtres, monsieur le Directeur Régional.

Veuillez croire, monsieur le Directeur Régional, en mon engagement conscient et constant dans la défense avec DIGNITE, INTEGRITE et HONNEUR des valeurs qui fondent l’essence humaine ! »

Ouagadougou, le 16 novembre 2020

Bassolma BAZIE

PJ :

  1. Une copie de la demande de la CGT-B pour affectation ;
  2. Une copie de la DECISION N°2007-176/MESSRS/SG/DRH du 05/09/2007 ;
  3. Une copie de la note de service N°2007-02613/MESSRS/RCEN/DR du 22 octobre 2007 ; Portant affectation au Lycée Marien N’Gouabi par nécessité de service ;
  4. Une copie de la note de service N°2007-92754/MESSRS/RCEN/DR du 02 NOV. 2007 ; Portant affectation au Lycée Philippe Zinda KABORE par nécessité de service ;
  5. Une copie du certificat de prise de service au Lycée Philippe Zinda KABORE ;
  6. Une copie des fiches d’évaluation et de notation 2016 et 2017 ;
  7. Une copie de la notification du Ministre sur le Conseil de Discipline ;

Ampliations :

– Collectif Syndical CGT-B ;

– UAS ;

– Coalition des Syndicats en lutte contre le saccage du pouvoir d’achat, des libertés démocratiques et syndicales et pour la bonne gouvernance ;

– AESO ;

– Conseil Economique et Social (CES) ;

– CFOP ;

– APMP ;

– BIT/ABIDJAN ;

– Cabinet de Maître FARAMA ».

BAZIE Bassolma

Laisser un commentaire