ONEA : désormais deux factures tous les deux mois

0
283

L’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) a tenu un point de presse, ce 14 mai 2020  à Ouagadougou, en vue de faire le point de la mise en œuvre des mesures sociales adoptées en matière d’eau potable par le gouvernement dans la lutte contre le COVID-19. Ce fut l’occasion pour les responsables de  l’ONEA d’aborder la question du nouveau système de relevé des index des compteurs des abonnés qui est le « relevé bimestriel ».

Selon le directeur clientèle de l’ONEA, Moussa Siemdé, le principe de ce nouveau système est le relevé et l’index du compteur des clients une fois tous les deux mois. A chaque passage du releveur, le client reçoit deux factures : une sur relevé et une autre non relevé qui est calculée à partir de la consommation moyenne du client. Les deux factures ont des dates  d’échéance différentes, a-t-il soutenu.

A la question de comprendre les raisons de ces innovations, monsieur Siemdé a déclaré que l’ONEA fait face à un accroissement rapide du nombre d’abonnés, de nos jours. A titre d’illustration, il a égrené des chiffres, indiquant que dans les années 1950 et 2010, l’ONEA  a réalisé des branchements pour 185 000 abonnées ; entre 2010 et 2019, 260 000 nouveaux branchements ont été réalisés, soit une croissance de 150% en neuf ans.

A l’en croire, il est prévu de réaliser plus de 500 000 nouveaux branchements d’ici 2030 pour atteindre les Objectifs d Développement Durable ODD.

Abordant la question des activités de l’ONEA dans le cadre des mesures d’accompagnement du chef de l’Etat dans la lutte contre le Covid-19, il a relevé que les factures concernées sont celles qui sont sur la tranche sociale  de 0 à 8 m3. Il a précisé que sont concernées   les factures qui arrivent à échéance en avril, mai et Juin 2020. Et que cette disposition est déjà appliquée.

Pour les bornes fontaines, il a affirmé que la mesure a pris effet à partir du 04 avril dernier et que la compensation des fontainiers est effective et se fait sur la base du volume distribué et du coût moyen de vente habituel à la borne fontaine.

 

Il a assuré de  la présence d’une équipe de contrôle inopiné pour vérifier  que les fontainiers appliquent effectivement la gratuité de l’eau en milieu urbain et semi urbain au Burkina Faso.

 

Aristide OUEDRAOGO

Ecoburkina.info

 

Laisser un commentaire