Site d’orpaillage de Imyiré: un miraculé  sort des décombres de l’éboulement  

0
188

Le site d’orpaillage de Imyiré, situé à 30km sur l’axe Kongoussi-Tikaré, dans le centre-nord du Burkina Faso, continue de faire parler de lui, après la série d’éboulement survenue dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 février 2021.

Un corps sans vie a été extrait et inhumé sur place, laissant treize personnes piégées. Après quelques jours de recherches infructueuses, elles ont été considérées comme perdues.

Mais dans la nuit du samedi 06 au dimanche 07 mars 2021, vers 3h du matin, des membres du groupe d’auto-défense Kogleweogo, ont vu une ombre fébrile sortir de la galerie. Il s’agit de Assimi Soré qui a réuni ses dernières forces pour remonter le trou et dégager les planches et les  sacs qui refermaient l’orifice.

Témoin de la scène, Oumarou Sawadogo, gardien des lieux, membre du groupe d’auto-defense Koglweogo, revient sur l’apparition du miraculé. « Aux environs de 3 heures du matin, j’ai entendu quelqu’un tousser. J’ai dit à mon frère d’aller voir. Il a braqué la lumière de sa torche au lieu indiqué et le rescapé sollicitait d’éteindre la lumière, car il ne voyait pas. C’est ainsi que nous l’avions récupéré et conduit à notre siège », a-t-il confié.

Les Kogleweogo vont lui offrir de la bouillie avant de le conduire au centre de santé le plus proche, le  Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) de Lourgou. Le miraculé aurait confié à des proches que ses camarades ont tous  succombé en moins d’une heure, après l’éboulement.

Parlant de lui, Assami Soré  a déclaré : « J’ai eu la chance que pendant l’éboulement j’étais dans un coin. J’ai utilisé mon bracelet que je portais pour creuser jusqu’à ce que le bracelet finisse. Puis, je me suis servi d’une torche usée que j’ai retrouvée dans le trou pour continuer à creuser. Celle-ci aussi est finie entre temps, mais j’ai pu monter en altitude. N’ayant d’autres moyens, je me suis servi par la suite de la torche qui me servait pour l’éclairage pour creuser jusqu’à ce qu’elle aussi se détériore complément. Ne sachant plus que faire, j’ai cherché un coin pour me reposer et réciter des versets du coran. Mais à chaque fois que le sommeil me prenait, je voyais en cauchemar deux personnes qui venaient se servir de la viande rouge. Je leur demandais à tout moment de me montrer l’issue ou de m’apporter une pioche pour que je puisse m’en servir. Mais, ils me disaient que c’est trop loin. Cependant, ils me proposaient de l’eau à boire, ce que je refusais à tout moment. C’est dans le noir que j’ai erré jusqu’à me retrouver à la sortie d’un autre trou. Celui-ci étant couvert de sacs usés et de bois, j’ai déchiré les sacs et poussé le bois. Voilà comment je me suis retrouvé dehors ».

 

 

 

Notons que le corps sans vie extrait la semaine dernière est celui du grand frère de Assimi Soré.

Ecoburkina

Source : Minute.bf

Laisser un commentaire