TMS livraison de légumes: un exemple de réussite dans  l’entreprenariat agricole

0
532

Théo multi services (TMS) livraison de légumes est  une jeune structure fondée par un jeune burkinabè. Elle est basée à Belleville  au secteur  29  de Bobo Dioulasso et évolue dans le secteur de la production et la livraison des cultures maraichères. Le président directeur général, Théophile Kambou, rencontré, ce 11 mai 2020, nous livre son expérience.

A l’en croire, l’idée a germé en 2014, au regard du fait que les gens sont de plus en plus occupés et éprouvent des difficultés  à gérer convenablement leur temps, entre travail et marché. « L’idée, c’était de faciliter la tâche  des ménages, en leur offrant les légumes à domicile », ajoute-t-il.

 

Des explications de monsieur Kambou, ses partenaires et lui produisent tout type de légumes qui entrent dans les habitudes culinaires des Burkinabè. Leurs principaux clients, les ménages, les restaurants et les hôtels qui consomment bio. Il y en a, soutient-il, à Bobo Dioulasso, à Banfora et même à Ouagadougou.

Selon Théophile Kambou, la structure compte une vingtaine d’employés permanents et une cinquantaine de travailleurs temporaires  qui sont sollicités en fonction des commandes.

Parlant de la surface d’exploitation de TMS livraison de légumes, il dit qu’il est difficile de donner une estimation exacte. «  Nous disposons de trois hectares », concède-t-il, en indiquant que des partenariats ont été noués avec des jardiniers, installés dans les bas-fonds de Nasso, de Diarradougou, de Bama et de Kô Deni, pour répondre à la demande de la clientèle.

« C’est un rêve pour nous de permettre aux producteurs d’écouler ce qu’ils produisent, avec un mécanisme qui permet d’atteindre les domiciles », déclare-t-il, en arguant qu’il livre en moyenne les produits à une centaine de personnes par jour. Sur cet échantillon, il touche une commission moyenne de 50 000 F CFA. Ce qui donne un bénéfice, selon nos calculs, d’un peu plus d’un million de francs CFA par mois. « C’est une activité très rentable », se contente-t-il de dire.

 

Le président directeur général de TMS livraison de légumes signale qu’il a débuté ses activités avec les moyens du bord, avec un capital de 125 000 francs CFA. A l’en croire, ça n’a pas été du tout facile. De ses explications, les difficultés sont d’ordre financier et il enregistre de nombreux retards, occasionnés par le manque de matériels roulant, dans l’acheminement des vivres aux consommateurs. Aussi ajoute-t-il, l’étroitesse de sa parcelle d’exploitation, la ruse de certains jardiniers qui glissent souvent d’autres légumes dans les produits bio.

Son vœu le plus cher, obtenir une parcelle plus grande pour augmenter sa capacité de production. Cela étant dit, il appelle les jeunes à cesser de croire que tous peuvent servir l’Etat. Sa foi, «  le pays est un vaste chantier à exploiter par la jeunesse qui doit s’engager dans l’entreprenariat ». Il l’invite surtout à s’engager dans  le domaine de l’agriculture, car c’est en cela, croit-il, que le pays pourra se développer.

 

Bertille KABRE

Ecoburkina.info

Laisser un commentaire