Transformation des produits locaux : à l’horizon 2023 le Burkina Faso sera un pays industrialisé

0
337

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a visité le 15 juin 2020, des unités de retordage de fil de coton, de production de beurre de karité et de transformation de la mangue fraîche à Tanghin-Dassouri et à Zagtouli.

La visite a débuté dans l’unité de retordage de fil de coton puis dans l’Unité de production de beurre de karité (RAGUSSI) de Tanghin-Dassouri.

 

Au niveau de l’unité de retordage de fil de coton,  le coach en textile de l’entreprise, Abdoulaye Nabolé avance : «Les tisseuses viennent s’en procurer pour le tissage des pagnes. Aussi, nous envisageons installer une unité de tricotage pour la fabrication de sous-vêtements et la teinture des fils ».

La coordonnatrice de RAGUSSI, Caroline Diallo, dit « Nous avons reçu des formations sur l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique des droits des affaires (OHADA) qui nous a permis de nous structurer en société coopérative et on a également bénéficié des expositions – vente dans des foires, des évènements nationaux ».

 

Cap a été mis sur Zagtouli pour la visite de l’unité de transformation de la mangue fraiche « royale nature » et celle de transformation de karité « karibel ».

Dans cette industrie de grande capacité, la promotrice, Aïssata Ouédraogo, souligne que grâce au nouveau code des investissements, son entreprise a pu acquérir des équipements de qualité qui facilitent le travail. Sa parole, « Ce qui a permis d’améliorer nos revenus ».

 « Nous sommes en train de sortir de l’exportation de la matière première brute vers des produits raffinés et de bonne qualité. Il faut donc une maîtrise de nos filières de transformation et cela passe par des reformes » a déclaré le ministre du commerce, Harouna Kaboré.

 

Pour le ministre, une communication sera faite autour des produits,  afin que chaque Burkinabè puisse mieux les connaître. De son avis, le Burkina Faso sera un pays industrialisé d’ici à 2023 s’il maintient le rythme de la transformation, du respect des normes de qualité et le circuit de distribution au plan national et international.

 

Bertille KABRE

Ecoburkina.info

 

Laisser un commentaire