Transport routier :  menace de la détérioration du climat dans les heures qui suivent

0
82

Le Mouvement des transporteurs contre l’implantation d’une vie chère au Burkina Faso a organisé une conférence de presse, ce mardi 1er juin 2021 à Ouagadougou, en vue de dénoncer la défaillance dans la bascule d’Afrique pesage, une société étrangère.

 

Le porte-parole des transporteurs, Lassané Dipama, a soutenu que Afrique Pesage ne reconnait pas la bascule de la chambre de commerce du Burkina Faso qui ne serait pas conforme.

Ses explications, un camion qui quitte la gare de  Bobo-Dioulasso avec un poids de  40 tonnes,  arrive au niveau de la bascule de Afrique pesage,  se voit déceler  un surplus de 9 tonnes.

 

Il a dénoncé également la  réduction de la longueur et la largeur de leurs camions : « Ces mêmes camions circulent au Ghana, au Togo, en Côte d’Ivoire, au Mali… sans problème. Mais au Burkina Faso, on nous fait savoir qu’on va diminuer nos camions. C’est un problème qui va amener la vie chère au Burkina Faso.».

En outre, il a dénoncé l’imposition d’une somme de 2000 FCFA à tout véhicule à la bascule d’Afrique pesage, alors qu’il n’en a jamais été le cas à  l’ONASER. Et de poursuivre que le CCVA ne reconnait pas les camions modifiés pour le transport des conteneurs de 45 tonnes, obligeant certains à aller faire  leurs visites technique en Côte d’Ivoire et au Mali.

 

Pour apaiser le climat social, monsieur Dipama a proposé une bascule uniforme à la chambre du commerce burkinabè et à Afrique Pesage. Aussi, il a souhaité que les cartes grises de leurs camions soient homologuées par le Centre de Contrôle de Véhicules automobiles (CCVA),

« Sans passer par le dos de la cuillère, nous disons Non à la présence d’Afrique pesage au détriment d’une structure nationale qu’est l’ONASER. Nous prenons l’opinion nationale à témoin, de la détérioration du climat dans les heures qui suivront sur le trafic routier si toute fois la mesure n’est pas stoppée dans l’immédiat et si nos recommandations ne sont pas prises en compte », a-t-il prévenu.

 

Noufé NABI

Ecoburkina

Laisser un commentaire